: 3 min

Safran Reosc remporte son 1er projet New Space via le développement d’une caméra spatiale miniature pour le centre de recherche de la défense norvégienne

En février 2019, le centre de recherche de la défense norvégienne (Forsvarets forskningsinstitutt – FFI) a confié à Safran Reosc, filiale de Safran Electronics & Defense et leader mondial en optique astronomique et spatiale, le développement d’une caméra spatiale miniature pour son nano satellite NORSAT-4 destiné à la surveillance des navires dans le cercle Arctique.

Pourquoi surveiller le cercle Arctique à partir de l'espace ?

cercle_arctique.jpg

Avec 5 Etats limitrophes (USA, Canada, Danemark, Norvège et Russie), le cercle Arctique est un lieu stratégique qui suscite bien des convoitises, notamment pour ses intérêts économiques (ressources halieutiques, exploitation des sols et routes maritimes). Cherchant à préserver sa souveraineté sur sa Zone Economique Exclusive (ZEE), qui s'étend de la mer du Nord à la mer de Barents, la Norvège mène, depuis 2010, un plan spatial reposant sur des nano satellites aux performances de plus en plus poussées. Après les satellites de monitoring des signaux AIS (Automatic Identification System), la Norvège fait le choix de la détection optique pour surveiller, à partir de l'espace, les activités maritimes de cette région sensible.

Safran Reosc signe son 1er projet spatial avec le FFI

Pour développer la caméra de son futur nano satellite NORSAT-4, le centre de recherche de la défense norvégienne (FFI) a fait appel à Safran Reosc. Mondialement reconnu pour son expertise dans les optiques astronomiques et spatiales, Safran Reosc devra, dans le cadre de ce contrat, concevoir la caméra dans sa totalité : optique, capteur d'image et contrôle thermique.

safran_reosc_camera_ffi_ok.jpg

Le défi de la miniaturisation

Le nano satellite final ne devant pas excéder 20 kg, le défi majeur de ce projet réside dans la capacité à miniaturiser les technologies sans en affecter la performance. Safran Reosc propose en effet une caméra dotée d'un facteur SWaP* particulièrement performant : une masse de 8 kilos et un volume de 8 litres pour un besoin de  puissance de seulement 30 Watts. Avec ses 20 kg, NORSAT-4 affichera des caractéristiques similaires à notre SPOT-1 d'1, 7 tonnes (1er satellite d'observation de la Terre développé par le CNES), lancé il y a plus de 30 ans. A titre de comparaison, on peut dire que : « Norsat-4 consiste à faire rentrer Spot-1 dans une boîte à chaussure ».

Petite mais puissante, la caméra évoluera en orbite basse, à une altitude approximative de 600 km, ce qui lui permettra de détecter les navires dans un large champ de vision et de retransmettre les images les plus précises en dépit de la faible luminosité au voisinage du pôle terrestre.

Safran Reosc entre dans l'ère du New Space 

satelitt_small.jpg

Avec ce projet, Safran Reosc bascule dans le New Space. Le New Space est né avec l'introduction du « low-cost » dans le spatial via des constellations de petits satellites à bas coûts. Cette révolution a ouvert l'espace à de nouveaux acteurs, majoritairement d'initiatives privées, et favorisé l'extension du champ d'application des technologies spatiales.

Pour ce projet, Safran Reosc travaillera en étroite collaboration avec UTIAS/SFL, le fabriquant de satellite de l'Université de Toronto, spécialiste des nano satellites et du New Space, que FFI a retenu pour le développement de la plateforme de NORSAT-4.

Profitant de l'impulsion donnée par ce projet, Safran Reosc a par ailleurs décidé de développer une gamme de caméras pour les micros et nano satellites de catégorie 8-16 U, baptisé SEEING pour Small satEllite for Earth imagING, en espérant faire de ses caméras des standards économiques au bénéfice de la communauté.

 

Fidèle à son ADN et toute entière tournée vers l'innovation, Safran Reosc ne cesse, depuis plus de 80 ans, de repousser les limites de ses savoir-faire au service de l'astronomie et du spatial.

 

*SWaP : Size, Weight and Power

Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer