Safran : une solution globale d’autoprotection des navires civils contre la piraterie maritime

La piraterie maritime est devenue un véritable enjeu de sécurité, du fait qu’elle s’exerce sur les routes les plus stratégiques pour le commerce mondial et le transport de matières premières. Son impact économique mondial, estimé à 8 milliards de dollars par an, est considérable. Il conduit à rechercher des solutions industrielles permettant d’équiper les navires dans le but de les protéger de façon durable.

En réponse à ce besoin, Sagem (Safran) se base sur une approche globale de la menace pour proposer une solution complète et intégrée offrant aux bâtiments civils une capacité de protection non-létale et autonome. En s'appuyant sur le savoir-faire de Sagem dans les systèmes optroniques navals de haute performance, la solution proposée permet d'anticiper la menace. Ce système d'autoprotection se caractérise par sa simplicité d'utilisation et son niveau d'automatisation lui permettant d'être mis en oeuvre par l'équipage.

La conception repose sur une approche système à partir d'équipements aux normes civiles. Le principe de la solution s'appuie sur quatre niveaux opérationnels de protection couvrant l'ensemble des phases d'attaque : la détection à longue portée d'une embarcation suspecte, l'alerte et la dissuasion à longue portée, les actions d'anti-abordage, la protection de l'équipage et du bâtiment. L'anticipation de la menace repose sur une tourelle optronique Vigy Observer, un système jour-nuit gyrostabilisé apte à identifier une menace à une distance de plusieurs miles. Cet équipement est actuellement produit en série par Sagem pour des garde-côtes. Doté d'un capteur thermique, le Vigy Observer permet de détecter et d'identifier sur 360° un agresseur de jour comme de nuit, y compris par mauvaise visibilité. Un télémètre fournit également la distance avec les assaillants.

Dans l'hypothèse d'une agression caractérisée, cet équipement d'alerte est combiné à des moyens de riposte à courte et longue distance : canons à eaux de forte puissance ou canon acoustique. L'ensemble « capteur-effecteurs » est contrôlé par un smartphone utilisable depuis n'importe quel lieu du navire.

Le système Autoprotection a été développé au sein d'un consortium industriel piloté par Sagem, et disposant d'une expertise reconnue dans les domaines navals, de Défense et de Sécurité : Amefo, Eca Robotics, ENSM, Lacroix, Sofresud, SeaOwl, Thales, et le Bureau Veritas. Le système Autoprotection a aujourd'hui été déployé et expérimenté en mer sur le navire VN - Partisan.

Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer